Oyez, oyez damoiselles et damoiseaux,

Ecoutez donc la suite de la formidable épopée de notre Confrérie des Chevaliers Fiers de leur Destrier (aussi connue sous le nom de CCFD).

A l'aube de la Vème journée, nos chevaliers se réveillèrent sous un soleil déjà ardent. Certains furent totalement reposés par une longue nuit de sommeil tandis que d'autres apparurent fort soulagés d'avoir été épargnés par la pluie. Mais l'une de nos héroïnes avait une raison particulière d'être soulagée. Dame Chantal s'était la veille trouvée dans l'incapacité de rejoindre sa couche. Elle était enfermée à l'extérieur du domaine. Malgré l'absence de réponse de son mari aux nombreux pigeons voyageurs qu'elle lui avait envoyés, elle fut néanmoins secourue et put dormir paisiblement. PHOTO 1

+ 2

Après un copieux buffet matinal constitué de poulardes, sangliers, dindons, café et confiture, nos chevaliers se réunirent, comme à leur habitude, pour le conseil de la table ronde. PHOTO 10

Puis ces derniers enfourchèrent leurs nobles destriers pour continuer leur quête. L'enchanteur, Marc-Lin, avait dansé toute la nuit pour les dieux des vents et la magie opéra : un mistral triomphant souffla incessamment sur les flancs des fidèles destriers, les aidant à avancer. 008.JPG

Les bannières du CCFD, brandies fièrement, flottaient dans le sillon des chevaliers, partis au triple galop. PHOTO 7

Le trajet fut paisible et tranquille, et c'est encore énergiques que les cavaliers pénétrèrent dans la majestueuse cité de Roquemaure. PHOTO 9

Ils signalèrent leur arrivée au son des cors de chasse et des trompettes, et furent chaleureusement accueillis par les habitants des lieux.

La table du banquet fut dressée et des fruits et légumes fraîchement cueillis furent présentés aux chevaliers affamés. Cependant, un drame survint : on découvrit que la réputée et convoitée vinaigrette avait été dérobée par l'ennemi. N'écoutant que son courage, le brave Serge-Val sauta dans sa charrue 2 chevaux et partie à la poursuite des chapardeurs. Il revint victorieux et il fut, de même que la vinaigrette, accueilli en triomphe. L'ambiance fut festive. 003.JPG

De plus, le valeureux Paul-Celot célébrait son trentième été et offrit, exceptionnellement, une tournée générale pour la grande joie de tous. Pour manifester leur bonheur, ceux-ci entonnèrent la chanson typique de leur confrérie : "Chevaliers de la table ronde, goûtons voir si le vin est bon…".

PHOTO 4

ET 5

Ils reprirent ensuite la route pour un court trajet. Si leurs fidèles destriers souffrirent de la chaleur et de la pente raide, ils n'en laissèrent rien paraître, et la troupe arriva rapidement à son lieu de campement. La soirée fut agréable et les chevaliers profitèrent d'un moment de repos bien mérité, bercés par le chant des cigales. PHOTO 11

A suivre…

Lise et Eléonore