Bonjour, moi c'est Biclou. Je suis un vélocipède. Cela fait 10 ans que je m'ennuie dans un garage ; et il y a quelques mois, ma propriétaire a décidé de nous inscrire au cyclotour solidaire CCFD sur la Viarhôna…Dingue! 600 km en 7 jours! Moi qui n'ai pas vraiment pas l'habitude de me bouger! Mais comme j'aime tellement prendre l'air et rouler mes mécaniques, j'ai signé, on s'est fait parrainer et on est parti avec tous les autres le long du Rhône. Les 40 autres, au début je ne les connaissais pas, mais aujourd'hui, on en a tellement bavé, qu'une énorme solidarité s'est mise en place et on est tous devenu amis. Ils sont tous géniaux, ils ont de belles roues et une fière allure!

Je reviens sur la journée d'aujourd'hui. Au programme 120 km, qui sont devenus 150.

Heureusement, nous sommes partis de bonne heure, la chaleur est vite arrivée. On a commencé à se dégourdir les jambes sur un chemin de forêt caillouteux. 

P1030385.JPG

J'ai aimé la verdure et le terrain, mais quelques coéquipiers ont malheureusement crevé, et un guidon s'est même bloqué. Ainsi, certains, fatigués, ont préféré raccourcir le trajet en utilisant mon ami le train. Qu'est ce qu'il y faisait frais, m'ont-ils raconté!

DSCN8432.JPG

Après ces péripéties, nous sommes arrivés en fanfare à Lyon. A cette heure-ci, nos concurrents les automobiles étaient de sortie et il était difficile de trouver notre place.

P1030391.JPG

P1030413.JPG

Heureusement, la place de Bellecour nous a accueilli à bras ouverts et nous a même offert à boire. 

P1030433.JPG

P1030440.JPG

Ici j'ai été trop content de revoir mon cousin Vélo'V. Je vous rapporte notre conversation.

- "Hé salut cousin, ça va?

- Oui ça va, c'est cool de vous retrouver si nombreux sur Lyon!

- Bah oui, c'est cool, mais tu ne veux pas continuer plus loin avec nous?

- Ca aurait été avec plaisir, mais je ne peux pas sortir de Lyon, il faut que je revienne à une borne toutes les 30 min sinon mon cavalier doit payer une location

- Ah, mince, c'est dommage, mais comment ça se fait?

- En fait, c'est pour pousser les gens à rouler sans voiture. Au final, c'est un peu comme vous, c'est écolo!

- Super! Nous on continu jusqu'à Pont de l'Isère pour aller jusqu'à la mer et pour construire une terre solidaire

- Nous aussi, on fait ce qu'on peut à notre niveau! Bon courage à toi, à plus!"

 

De nombreux tours de roue plus tard, nous sortons enfin des villes, pour rejoindre de belles routes de campagne ardéchoise.

P1030459.JPG

P1030471.JPG

C'est à 15h, épuisés, que nous arrivons au lieu du pique-nique pour reprendre des forces. La matinée était dure, cette pause sous les abricotiers nous a fait un grand bien.

P1030514.JPG

C'est reparti, Pont de l'Isère nous attend en fin d'après midi pour nous accueillir et nous loger. Paul et son équipe regonflent nos pneus et nous bichonnent pour notre plus grand bonheur. D'autres, après cette journée éprouvante ont besoin de se refaire une beauté. Nous commençons à nous endormir dans les rires et la bonne humeur générale.

P1030530.JPG

P1030539.JPG

P1030536.JPG

 Demain, on nous a promis que la journée serait moins rude…Qu'ils ont été courageux nos cavaliers!

 

 

** Cependant, au vue de la dureté de la journée, certains de mes compatriotes se sont levés et on formé un SDV CCFD (Syndicat Des Vélos du CCFD).

Communiqué du SDV CCFD

 

"Nous, syndicat des vélos du CCFD, tenons à exprimer notre profond désaccord quant à la situation présente : ayant signé un accord de partenariat de solidarité à travers une descente par la Viarhôna, nous tenons à dénoncer la violation du dit accord. En effet, nos camarades technologiques ont constaté un dépassement excessif des kilomètres prévus par le contrat pour l'étape de ce jour (150 au lieu de 120). Nous exigeons en dédommagement une révision complète incluant lavage au karcher et massage à la graisse. De plus, les humains n'ont pas respecté les clauses de sécurité concernant nos parties les plus sensibles : ainsi nos pédales ne supportent plus les mauvaises odeurs émanant des pieds suffoquant dans les chaussettes et nos délicats pneus furent éventré par les chemins caillouteux empruntés (nous nous étonnons par ailleurs de la législation en vigueur concernant les voies cyclables). Ainsi, nous saluons nos valeureux camarades ayant souffert et supporté avec bravoure les épreuves endurées. Certains tombés au combat seront décorés prochainement de la médaille du courage : le vélo de Catherine, ayant subit 2 crevaisons successives, trainé à travers la ville à la vue de tous tel un martyre, n'est qu'un moindre exemple. Nous saluons également le vélo de Maxime actuellement hospitalisé pour cervicales de direction fracturées et dont le pronostic vital n'a pas été engagé. En arrêt de travail pour une durée indéterminée, il sera remplacé dès demain. Face à ces barbaries, nous encourageons les mutineries à se poursuivre, tels les déraillements ou les rigidifications des selles, afin de faire comprendre aux cavaliers notre mécontentement. Nous espérons de leur part une prompte réaction et une amélioration de nos conditions de travail. Dans le cas contraire, nous les invitons à poursuivre le voyage à cheval ou à inverser nos rôles en nous portant afin de comprendre nos souffrances.

Syndicalement vôtre,

Le SDV CCFD"